- Accueil

Conseil scientifique de l’Observatoire des droits des enfants (ODE)


Conseil scientifique de l’Observatoire des droits des enfants (ODE) :Mise en place, arguments ; et questionnements.

Le monde de l’enfance  et la situation des droits des enfants  sont en perpétuelle  évolution,

il est donc nécessaire  de nous adapter constamment afin de prendre en compte des réalités nouvelles  et toujours plus complexes qui configurent la vie des enfants.
C’est pourquoi l’observatoire des droits des enfants, qui je rappelle fut crée par la FOREM en2005 afin de recenser, étudier et analyser la situation de l’enfance en Algérie dans le but d’apporter des propositions dans le sens du bien être de l’enfant, actualise aujourd’hui à l’occasion de la journée de proclamation des droits des enfants, son conseil scientifique.(liste des membres ci-dessous).
Ce conseil dont la finalité suprême est d’instaurer une gestion savante des problématiques clés de la petite et moyenne enfance jusqu’à l’adolescence, pourra de ce fait accompagner l’observatoire des droits des enfants, dans ses principales missions, à savoir la sensibilisation et la promotion aux droits des enfants.
Ce conseil est composé de membres bénévoles interdisciplinaires : consultants,défenseurs des droits des enfants,universitaires,médecins,psychologues,juristes,avocats,anciens hauts cadres de l’état etc…
L’état  de l’enfance en Algérie tel qu’elle fut relaté dans la précédente communication,oblige à une réorganisation méthodologique des actions en faveur de l’enfance.De ce fait et pour une plus  grande efficacité de travail à entreprendre,nous préconisons 05 commissions :
1-commission vie scolaire
2-commission comportements suicidaires
3-commission handicap
4-commission droits des enfants nés sous X
5-commission comportements additifs
La pertinence de cette vision prospective va être débattue lors d’une prochaine journée qui sera exclusivement réservée au travaildes commissions.
Présentement ce que nous avons retenu comme thème à débattre est « les enfants nés sous X »,droits et aspects religieux.
Pourquoi exactement cette population ?
La qualité de l’identité de l’enfant reste le meilleur pronostic quant à son équilibre psychologique et sa santé mentale. Et quand on attribue un nom à un enfant,il développe à partir de cet instant précis les prémisses et les soubassements du concept de soi.De ce fait on pourrait déduire le devenir de celui qui fut désigner par sa société d’appartenance : enfants néssous X,enfant naturel,mejhoul el nasseb (sans affiliation reconnue) etc…, pour  taire les différentes insultes prononcés ici et là.
Et dans d’autres situations nous nous retrouvons face à une dimension psychosociale qui entretient ce sujet comme tabou,jusqu’à faire le dénie de l’existence de cette population, qui selon les statistiques du ministère de solidarité atteint le chiffre de 5000 enfants par an, et selon le professeur de droit Yamina HOUHOU,pourrait dépasser les 10000 naissances par an à l’échelle nationale.
Et comme la naissance hors mariage a toujours exister et existera toujours, nous soulevons les questions principales  qui maintiennent ces défaillances, et qui seront l’objet de réflexion plus approfondis au sein de la commission.
En amont :
-La question du  droit de l’enfant né sous X de reconnaitre ses origines biologiques principalement son géniteur par recours de test ADN.
En aval :
-La « débureaucratisation » de la procédure de placement en réfléchissant sur la création d’un fichier national ou toutes les demandes d’adoption ainsi que les futurs adoptés y seront répertoriés à chaque fois, ce qui permet un placement systématique et qui serait  plus efficace dans ces conséquences psychologiques positifs engendrés s’il précède la procédure administratif.
En conclusion l’ODE aura pour prochaine mission la protection de cette catégorie vulnérable et l’élaboration des réflexions bien fondées et faire des propositions pertinentes dans le but de « reconnaitre l’enfant né sous X dans un contexte familial selon son affiliation d’origine.
Liste des membres du comité scientifique :
Pr Boukhalkhal,recteur de l’université science islamique de Constantine
1-Maitre MihoubMihoubi, avocat, exministre, consultant à la FOREM
2-Mr Sakhri, Universitaire, ex ministre de l’éducation
3-Pr Moussa Fatima, chercheur, enseignante en psychologie de l’enfant et de l’adolescent, université de Bouzareah
4-Pr Maache Youcef, chercheur en psycho-pédagogie, et psychologie sociale, université de Constantine, ex responsable de la revue sauvegarde et enfance
5-Pr Boukerma Fatima Zohra, chercheur, enseignante, experte en santé scolaire, université de Tizi Ouzou
5-Dr Lourssi Abdelkader, Maitre de conférence en psychologie pédagogique, université d’El Affroun
6-Melle Sedikki Leila, Maitre de conférence en psychologie sociale, Université d’Alger2
7-Melle Arrar Fatima, psychothérapeute de l’enfant et l’adolescent, Maitre de conférence à l’université d’Alger2
8-Mr Zerguine Mohamed Chérif, auteur, humaniste, défenseur des droits des enfants nés sous X
9-Mme Kerkouche Fatiha, Maitre de conférence en psychologie clinique, UniversitéEl Affroun
10-Dr. Ami Moussa Tata, médecin
11-Dr Abdesslam Khaled, Maitre de conférence en psychologie pédagogique, Université Ferhat Abbas de Sétif
12-Dr Yahiaoui Hassina, Maitre de conférence en psychologie clinique, Université Mouloud Mameri
13-Dr.Sahraoui Akila, Maitre de conference, enseignante en psychologie de l’enfant et de l’adolescent  à l’Université d’Alger
14-Dr FadliAhmed, Maitre de conférence en psychologie clinique, Université d’El Afroun
15-Dr.Azdaw Chafika, Maitre de conférence en orthophonie, Université d’Alger
16-Dr NaamouniMourad, Maitre de conférence en psychologie de travail, Université d’El Affroun
17-Mme AissouAkila, Maitre assistante en psychologie pédagogique, Université d’El Affroun
18-Dr Benabid…….. médecin au centre
19-Mme BachenMentouriRadia, psychologuelibérale, assistante à l’université d’Alger
Mme Boutalab Zhor, fondation Emir Abdelkader
Mlle Bourahla Lamia, cardiologue au sein du CHU Mustapha.
20-Mme RakemSiham, Maitre assistante en psychologie linguistique et cognitive, Université d’El Afroun.
21-Melle Haddad Nassima, chercheure, Chargée de cours en psychologie clinique, Université Mouloud Mammeri.

Dr Benkhalifa Mahmoud, maitre de conférence de psychologie clinique,

à l’université d’Alger 2
Débat
Mme Kellou Farida
Pourquoi on ne parle pas des conséquences des enfants abandonné en Algérie ???

Commentaires (2)Add Comment
0
Felicitation
Par bouhedli, février 08, 2013
Felicitation pour le Conseil scientifique de l’Observatoire des droits des enfants
0
mensonges
Par lafouine, août 11, 2013
Ghir erih had la FOREM dial nomi

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

سبر الاراء

مبادرة لجمع مليون توقيع لإنقاذ مليون مسلم مضطهد في أراكان بميانمار