- Accueil Activités Enfance - ODE Enfance Les enfants traumatisés par la violence

Les enfants traumatisés par la violence


Dans sa forme actuelle, la violence subie par l’Algérie au cours de ces dernières années, peut être considérée comme un phénomène nouveau. Ce qui la rend davantage plus singulière, c’est sa durabilité dans le temps, son exacerbation jusqu’à tendre vers l’extrême et sa généralisation.

La violence est un phénomène de société. Son registre comprend un éventail très large. Elle peut être politique avec une expression plurielle laquelle peut se résumer à une spoliation des libertés individuelles et/ou collectives. Elle peut, parfois, être préventive lorsqu’elle est motivée par le désespoir. Elle est économique lorsqu’elle concerne des populations soumises à la pauvreté extrême et à la misère ou lorsque celles ci sont victimes de la corruption. Elle peut être juridique en l’absence d’Etat de droit. Elle peut également être sociale, scolaire, familiale, institutionnelle…Elle peut enfin être physique ou psychique.
Combien sont-ils ?
Selon un décompte fait à partir des informations publiées par la presse locale, il apparaît que plus de 12 % des victimes de la tragédie nationale sont des enfants et des adolescents. On évalue à plus d’un million le nombre d’enfants traumatisés par la violence durant la période 1992-2000. Parmi eux, 250 000 sont orphelins d’un des deux parents ou des deux. Ces enfants orphelins de la violence ont été dans leur grande majorité accueillis par des parents à eux parfois même par de lointains parents. Les trois centres créés par l’Etat pour les accueillir (Relizane, Bouira et Jijel) affichent un taux de remplissage d’à peine 50 % ce qui représente environ 300 enfants.
Aujourd’hui ce sont moins de 5 % des enfants traumatisés qui bénéficient d’une prise en charge psychologique. Le reste des enfants et des adolescents dont certains sont déjà de jeunes adultes est laissé à lui même. L’impact de cette violence a été variable sur le vécu des enfants. Les enquêtes sur le terrain montrent quatre années après les grands massacres de l’été 1997, et parfois plusieurs années après les divers événements traumatisants que beaucoup de ces enfants devenus aujourd’hui adolescents souffrent en silence................

Télécharger
Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

سبر الاراء

مبادرة لجمع مليون توقيع لإنقاذ مليون مسلم مضطهد في أراكان بميانمار